Il existe de nombreux problèmes sexuels qui peuvent toucher chaque personne souhaitant engager un acte intime. La sécheresse vaginale chez les femmes, ou une libido basse chez les uns et les autres. Chez les hommes, il est possible d’être dans l’incapacité d’engager tout type de relation sexuelle : il s’agit de l’impuissance, l’impossibilité d’obtenir ou de maintenir une érection. Pourquoi, comment, et à quel moment ?

L’impuissance : un problème soluble qui touche une majeure partie des hommes

Si vous avez vous-même des problèmes d’érection, rassurez-vous, il existe de nombreux stimulants sexuels qui peuvent vous rendre votre vigueur. Il s’agit d’un problème la plupart du temps passager, qui dépend de nombreuses conditions, et que 80% des hommes dans le monde ont connu au moins une fois.

Elle se caractérise par une absence d’érection ou par une érection difficile. Le pénis ne peut durcir assez pour pénétrer le ou la partenaire, et s’il y réussit, les changements de position seront difficiles. Elle est aussi divisée en plusieurs stades, depuis l’absence totale d’érection jusqu’à l’érection instable.

Il s’agit dans la majeure partie des cas d’un trouble passager dû à des facteurs extérieurs qui ne se prolonge pas dans le temps, à moins qu’il ne soit causé par un âge avancé. Mais même dans ces cas-là, il existe des stimulants sexuels pour aider à combattre ce trouble.

Il est aussi possible de consulter un sexologue, il ne s’agit que d’un des troubles qu’il peut traiter, comme l’explique cet article paru sur le blog 123medecins.info.

Les causes de l’impuissance

Le trouble de l’érection peut être causé par de nombreux facteurs. Souvent, il s’agit d’une émotion qui vient parasiter le désir sexuel, comme la peur de ne pas plaire, le stress ou un état contrarié.

  • La peur peut provenir elle-même de plusieurs situations avant un rapport sexuel. La peur de ne pas plaire une fois nu devant son partenaire, la peur de ne pas être à la hauteur avec une nouvelle partenaire ou si un trouble de l’érection est déjà arrivé dans une situation similaire. Le moindre stimulus renvoyant à cette situation précédente peut entraîner l’homme à se focaliser sur son propre sexe, et non sur la réception des messages érotiques envoyés par son partenaire.
  • L’angoisse, qui revient au même principe : le cerveau se focalise sur des pensées externes qui parasitent la libido et viennent troubler inconsciemment l’érection.
  • Le manque de désir pour sa partenaire est en mesure d’empêcher une érection aussi. Plus étonnement, un désir trop fort peut causer une dysfonction érectile. Dans ce cas aussi, il peut s’agir d’une angoisse que l’homme s’inflige inconsciemment pour être à la hauteur de son partenaire, ou bien d’un stress.
  • Le stress, ainsi que la fatigue peuvent également être cause d’une érection dysfonctionnelle.

Une érection étant avant tout une fonction physiologique, la plupart des stimulants sexuels auront un effet positif en forçant l’arrivée du sang dans le pénis et en provoquant une érection fonctionnelle.

Remèdes à l’impuissance : les stimulants sexuels et les autres.

Comme annoncé ci-dessus, les stimulants sexuels peuvent obliger un pénis à l’érection et résoudre l’impuissance, peu importe les troubles physiologiques qui l’affectent. Mais ce n’est pas le seul moyen d’y remédier.

Il existe aussi des pompes à pénis, qui ont un effet similaire : en aspirant l’air dans un espace hermétiquement fermé, elle force le sexe placé à l’intérieur à se gonfler de sang pour remplir l’espace qui se vide peu à peu. Ce moyen permet même de donner à votre érection son plein potentiel.

Sinon, vous pouvez vous tourner du côté de la médecine plus intrusive avec la pose de prothèses rigides ou des injections locales qui facilitent l’érection ou renforcent la libido. L’important si vous êtes impuissant ou si votre partenaire l’est, c’est de réussir à ouvrir la discussion, à prendre conscience que ce problème d’érection n’est que passager et qu’il peut être résolu très facilement par la prise de stimulants sexuels ou en consultant un médecin généraliste.